livre & cinéma • Ciné Poème : la poésie des salles obscures

// livre & cinéma • Ciné Poème : la poésie des salles obscures

Date : 2015-04-15 20:56:02


Ciné Poème : la poésie des salles obscures


Guillaume Apollinaire déclarait en 1917 dans sa conférence sur L’Esprit nouveau et les poètes qu’ « on peut être poète dans tous les domaines ». Il invitait alors ses confrères à explorer d’autres territoires et notamment celui du cinéma, « l’art populaire par excellence ». Ciné Poème – festival de courts métrages de Bezons (Val-d’Oise) – poursuit cette quête poétique depuis 2011, en partenariat avec le Printemps des Poètes.

C’est parce qu’ils partagent le désir d’ouvrir l’art, sa pratique et ses œuvres contemporaines au plus large public, que la ville de Bezons et le Printemps des Poètes ont décidé de créer Ciné Poème, un festival de courts métrages unissant cinéma et poésie. « Une aventure artistique », souligne Jean-Pierre Siméon directeur artistique du Printemps des Poètes, croisant les enjeux de l’éducation populaire et les exigences de la création la plus novatrice. Il ajoute : « Le court-métrage, par sa brièveté, son art de l’ellipse et de la suggestion, son goût de la surprise formelle, son intensité émotionnelle, a de profondes affinités avec le poème. Cette grande diversité de tons et de registres inclut le film numérique, l’animation ou la vidéo, qu’il convient de mettre en valeur. » La qualité artistique des films proposés, où les images et les mots se mêlent et entrent en résonance auprès des spectateurs, confirme sans nul doute l’alliance parfaite entre ces deux esthétiques.

Pour sa quatrième édition, Ciné Poème s’est déroulé les 19, 20 et 21 mars 2015 à Bezons. Les réalisateurs des courts métrages avaient jusqu’au mois de décembre 2014 pour déposer leur films sur la plateforme filmfestplatform.com en respectant un certain nombre de critères. Ainsi les films doivent-ils être tout entiers enracinés dans tel ou tel poème réel emprunté à un poète et en épouser peu ou prou l’enjeu formel et expressif. Ou bien ils doivent être conçus, réalisés et donnés à lire comme un poème, c’est-à-dire présentant par exemple des caractéristiques de densité et d’intensité, une écriture filmique fondée sur l’art de la suggestion. Quant à la forme, il s’agit de respecter une durée maximum de 15 minutes, d’avoir été produits après 2012 et d’être francophones.
Les films, choisis par un comité de sélection, sont ensuite présentés à Ciné Poème et aux membres de différents jurys. Ils peuvent ainsi remporter l’un des trois prix proposés par le festival.

Le Prix Laurent-Terzieff du court métrage de poésie, doté de 4 000 € par la Ville de Bezons, sera cette année encore décerné par un jury d’exception composé de la comédienne Brigitte Fossey, du journaliste Philippe Lefait, directeur du magazine culturel Des mots de minuit et critique au Magazine littéraire, de Serge Regourd, professeur à l’université de Toulouse, de Prune Engler, déléguée générale du festival international du film de La Rochelle, d’Alain Borer, poète et critique d’art, et de Véronique Siméon, enseignante militante de l’éducation populaire, chroniqueuse théâtrale et déléguée du Printemps des Poètes pour Ciné Poème. Deux autres prix accompagnent le festival : le Prix de la jeunesse doté de 1 500 € et le Prix du public doté lui de 1 000 €, décerné suite au vote des spectateurs.

Et pour que la poésie contribue à l’épanouissement de tous, de nombreux rendez-vous sont organisés en amont du festival avec les centres sociaux, la bibliothèque municipale, mais aussi avec les lycéens, collégiens et les élèves des écoles primaires de Bezons.

• Alice Zunino

+ Ciné Poème
Festival de courts métrages de la ville de Bezons (95)
en partenariat avec le Printemps des Poètes
4e édition : 19 - 21 mars 2015
au Théâtre Paul Éluard - Écrans Éluard
162, rue Maurice-Berteaux à Bezons (95)
www.printempsdespoetes.com
cine-poeme@mairie-bezons.fr