entretien dossier • Archives départementales de la Nièvre, à Nevers (58)

// entretien dossier • Archives départementales de la Nièvre, à Nevers (58)

Date : 2015-10-07 12:40:12




> Jean-Marie Linsolas, conservateur et directeur

« Comprendre et fidéliser notre public »








Histoire du lieu
Le bâtiment d’origine, datant de 1927, situé au centre-ville, a été entièrement réhabilité et recouvert d’une énigmatique façade de verre translucide. Ce nouvel équipement permet d’augmenter considérablement la capacité d’accueil des collections (32 km linéaires) et offre un nouvel espace public. À terme, il rassemblera à la fois le service des archives départementales, mais aussi les archives historiques de Nevers et de l’agglomération. C’est la raison pour laquelle il s’appelle Centre des archives historiques de la Nièvre.

Histoire des collections
Les archives départementales ont été créées à la Révolution française. Leur première mission était de collecter les archives des biens du clergé et des émigrés pour garder la trace de ces acquisitions forcées. C’est autour de ce noyau d’archives de 1796 que se sont constituées les archives départementales de la Nièvre, situées aujourd’hui encore tout près de la Préfecture.
Nous conservons bien sûr les archives publiques des administrations du département, ainsi que les dépôts d’archives anciennes des communes de moins de 2 000 habitants qui sont d’un grand intérêt historique, mais nous avons également des archives privées de familles ou de sociétés liées par exemple aux mines, à l’exploitation du bois ou encore au flottage. Notre politique d’acquisition, c’est avant tout la curiosité ! Le plus gros écueil serait de se spécialiser sur un type d’archives. Nous nous efforçons de trouver le juste équilibre entre des archives prestigieuses et des fonds plus modestes et de créer un lien avec les gens qui nous les proposent. En ce sens, la grande collecte a été une réussite. Nous disposons également d’une bibliothèque liée aux fonds d’archives et à l’histoire locale. Nous prêtons enfin une attention toute particulière à quelques grandes figures nivernaises : Guy Coquille, Achille Millien, Jules Renard ou encore Maurice Genevoix. Nous tâchons d’acquérir leurs manuscrits et de suivre toute l’actualité éditoriale les concernant.

Valorisation(s) et médiation(s)
En 2014, en plus de nos communications en salle de lecture, nous avons comptabilisé 32 millions de clics sur notre site Internet. Nos archives ont donc été sinon lues, du moins vues. Numériser des documents ne signifie pas pour autant qu’il faille les retirer de la communication car il y a toujours un intérêt à montrer les originaux. Au travers d’actions culturelles, d’expositions, d’accueil des scolaires, nous essayons de fidéliser le public et de comprendre ce qui peut l’intéresser. Les gens ont besoin qu’on leur explique à quoi sert un service d’archives, c’est le travail quotidien de toute l’équipe. Nous souhaitons toucher toutes les tranches d’âge et évitons les expositions trop savantes. Notre service éducatif par exemple, animé par un professeur, propose de faire travailler les élèves sur des sujets en lien avec les programmes scolaires : de l’élaboration de roses des vents avec les élèves de maternelle aux conflits mondiaux avec les plus grands, tout est prétexte à la découverte de documents d’archives !
Le grand boom de la recherche généalogique peut aussi nous apporter des lecteurs qui s’intéresseront à d’autres sujets, consulteront d’autres fonds et ainsi participeront au maintien mais également au renouveau de notre mémoire collective.

• Entretien réalisé par Alice Zunino et Maud Curtheley

> Archives départementales de la Nièvre
1, rue Charles-Roy
03 86 60 68 30
archives.cg58.fr