entretien • Anne Gautherot : le graphisme dédié à la culture

// entretien • Anne Gautherot : le graphisme dédié à la culture

Date : 2015-10-08 17:12:44


Anne Gautherot,
le graphisme dédié à la culture


Anne Gautherot s’est installée à Dijon en tant que graphiste indépendante il y a 20 ans, et compte le CRL Bourgogne parmi ses premiers clients. Elle nous reçoit chez elle, dans un bureau s’apparentant à un véritable centre d’archives conservant revues, plaquettes et affiches culturelles, afin de nous parler avec passion de son métier.

BCL :
Quel parcours vous a amenée à exercer le métier de graphiste ? Et pourquoi avoir choisi de vous installer à Dijon ?

Anne Gautherot : J’ai très tôt eu envie de travailler dans le milieu artistique, c’est pourquoi je me suis inscrite dès la Seconde dans une section Arts appliqués que j’ai suivie jusqu’à la Terminale, à Besançon. J’ai continué en BTS graphisme, avant d’intégrer les Arts décoratifs de Strasbourg. J’ai alors pu travailler la typographie, l’image, l’illustration, mais aussi la photographie, la vidéo, la mise en page… Une fois le diplôme en poche, j’avais l’impression que je pouvais tout faire !

Lors de ma dernière année d’étude, j’ai travaillé pour l’Association bourguignonne interprofessionnelle du livre, de la lecture et de la documentation (Abidoc), devenue plus tard le Centre régional du livre de Bourgogne. François Jay, alors chargé par Abidoc du recensement des fonds photographiques dans les bibliothèques de Bourgogne, m’avait sollicitée pour la conception graphique du catalogue de l’exposition « Photographie[s] & Bibliothèque[s] ». Ce projet a été un tremplin considérable pour l’étudiante que j’étais. Puis tout s’est enchaîné très vite, et la directrice de l’époque, Marie Berne, m’a proposé de continuer à travailler pour l'association à l’issue de mes études. En parallèle, j'ai eu la chance de travailler rapidement sur des projets d'envergure, comme les festivals Chalon dans la rue, Art Danse et D'Jazz à Nevers.

BCL : Vous avez un profil résolument culturel : pour qui travaillez-vous principalement ?

AG : Mes clients principaux sont le CRL Bourgogne, le Centre régional du jazz, Itinéraires singuliers, le Théâtre de Beaune, l’Union départementale des MJC de Côte-d’Or, et le Pôle d’enseignement supérieur de la musique en Bourgogne (PESM). Je travaille avec la plupart d’entre eux depuis le début de mon activité. Malgré les changements de directions et d’équipes qu’il y a eu dans certaines structures, j’entretiens toujours avec elles des liens privilégiés, de grande confiance.

BCL : Les travaux que vous menez pour le CRL sont multiples : BCL, plaquettes, cartes de vœux, affiches, programmes, mais également des livres, comme les restitutions de résidences d’écrivains en Bourgogne au début des années 2000. Votre goût pour la mise en page et l’édition vous a-t-il amenée à réaliser d’autres livres ?

AG : J’ai principalement réalisé des restitutions de résidences d’auteurs pour les villes de Chenôve et de Montbard, ainsi que pour le CRL, comme vous le soulignez. En effet, au début des années 2000, le CRL publiait des restitutions dans une collection intitulée « Impressions de résidence », pour laquelle je m’occupais de la conception graphique, de la mise en page et des illustrations. J’ai également eu la chance de pouvoir travailler avec des éditeurs bourguignons. En 2007, j’ai pu mettre en page l’album À l’Ouest de la Grosne pour les éditions de l’Armançon, en partenariat avec le Centre régional du jazz.
D’une manière générale, j’aime travailler la mise en page. Je la compare à un travail d’architecture, où l’on doit gérer les espaces, travailler les blancs, les gris, les noirs, les volumes, pour améliorer la lisibilité, pour que ce soit agréable, esthétique. C’est intéressant de lier tout ça !

BCL : Parmi tous les travaux réalisés pour le CRL, quel est celui sur lequel vous avez pris le plus de plaisir à travailler ?

AG : Chaque année, le travail que je réalise pour Patrimoine[s] écrit[s] en Bourgogne me permet de découvrir plein de choses ! C’est d’ailleurs pour ça que je me suis dirigée vers la culture, car ces domaines me parlent et m’apportent énormément sur le plan personnel. Dans un tout autre genre, j’ai beaucoup aimé réaliser la synthèse de l’étude sur la filière du livre en Bourgogne. À mon sens, c’est un document qui est réussi car il a été très réfléchi. L’étape de réflexion était importante, et nous nous sommes donné beaucoup de temps en amont pour déterminer ce que nous allions faire.

BCL : Travailler entre autres avec Itinéraires singuliers vous a également permis de mener des projets qui ont donné à votre activité une dimension plus sociale, est-ce que vous pouvez nous en dire plus ?

AG : En effet, depuis plusieurs années je travaille ponctuellement sur des projets qui me permettent de transmettre ma passion et mon savoir-faire à un public non initié, souvent en difficultés. Je retiens entre autres l’atelier « Figure-toi », proposé en 2008 par Itinéraires singuliers et mené avec des patients du Centre hospitalier La Chartreuse de Dijon. L’objectif était de réaliser un travail d’écriture autour de l’identité en développant le thème « J’aime / J’aime pas ».

Puis, entre 2010 et 2011, j’ai travaillé sur le projet « Toute ressemblance… », favorisant la rencontre, le temps d’une action artistique commune autour de l’écriture et de la photographie, de deux publics éloignés : les élèves du Centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand et les élèves du lycée de Fontaines. Ces ateliers permettent de donner un réel sens à mon activité.

BCL : Quels sont vos projets ?

AG : J’ai la chance d’avoir des clients fidèles, qui me proposent des projets réguliers et intéressants, auxquels s’ajoutent de nouveaux projets parfois très originaux. En juin dernier, j’ai été sollicitée pour réaliser des documents factices (cartes de policiers, couvertures de livres de cuisine, une de journal, pochette de disque, etc.) qui apparaîtront dans un téléfilm tourné en Bourgogne.
En cours et à venir : l’identité visuelle de la compagnie de théâtre l’Artifice (après avoir également créé la charte graphique de la Minoterie), la communication du Grand Dej', le rendez-vous annuel des associations à Dijon, et enfin… le lancement de mon site !

• Propos recueillis par Léa Mauvais-Goni