dossier • Librairie Des livres et des Hommes, Beaune (21)

// dossier • Librairie Des livres et des Hommes, Beaune (21)

Date : 2015-03-25 15:06:47


Librairie Des livres et des Hommes, Beaune (21)
> Arnaud Buissonin & Nathalie Poncet
« Le fragile équilibre entre utopie et impératifs commerciaux »



Création et assortiment
Après quelques détours par le milieu hospitalier et le tourisme, ma compagne et moi avions envie de revenir à la librairie. C’est ainsi que, tombant amoureux de Beaune, nous y avons racheté en 2011 une librairie, papeterie, carterie, bimbeloterie située en plein centre-ville. Soucieux de faire du lieu un vrai magasin de proximité, nous avons fait le choix de conserver la carterie et la papeterie, tout en apportant une vraie vocation littéraire : après quelques travaux, nous avons donc très vite « rentré » plusieurs milliers de livres !
Nous nous attachons à sortir des sentiers battus par les grands diffuseurs et articulons notre assortiment autour de la microédition, l’édition de création, mais aussi les sciences humaines, la psychologie, l’histoire, les beaux-arts… Et il est essentiel de dire que cet assortiment, entre exigence et tolérance, évolue et se construit également grâce à nos clients : ce sont eux en effet qui nous ont fait sortir d’une forme de purisme pour nous ouvrir à toutes sortes de littératures.

Politique d’animation

Notre programme d’animation a débuté dès janvier 2012. Pour moi, une librairie doit être une sorte de Macao, un microcosme qui contient le monde, et les livres sont faits pour dialoguer, entre eux, avec les gens, et y compris dans le désordre ! Dès le départ donc, il y a eu deux volontés très fortes. La première fut de créer un cercle de lecture, c’est-à-dire un espace commun qui permette à des personnes de se rencontrer dans la librairie et d’échanger autour des livres. On a appelé ce cercle « La bataille d’Hernani » ! C’est qu’on n’aime pas le consensus et que l’idée était bien de créer les conditions d’une confrontation d’opinions et d’arguments.

Notre second souhait était bien entendu de faire résonner la parole des auteurs. Très vite nous avons donc reçu un ou deux auteurs par mois, des auteurs que l’on aime, des démarches littéraires que l’on juge singulières, audacieuses.
Ce n’est qu’après que se sont ajoutés le café philo, devenu désormais café culture, des séances de contes pour les enfants des écoles et centres de loisirs, des animations à destination des scolaires avec leurs enseignants. Car il est tout aussi important que les jeunes fréquentent la librairie, qu’ils viennent y acheter leurs livres, qu’ils comprennent que c’est un lieu privilégié de découvertes et de liberté. Aujourd’hui il y a encore de nouveaux projets : un atelier théâtre et « le chef-d’œuvre in-connu », une série de rencontres avec des spécialistes autour de grands romans.

Mais, que cela concerne nos choix d’assortiment ou nos animations, il faut savoir que nous sommes dans une permanente remise en question. D’une part parce que nous sommes conscients que 90 % des citoyens du monde vivent très bien sans livre, que la librairie est une exception française, et d’autre part parce que nous veillons sans relâche à maintenir le fragile équilibre entre utopie, exigence littéraire, et impératifs commerciaux.

Une rencontre marquante
Celle de juin 2012 avec Nathalie Léger, qui venait d’obtenir le prix Inter pour Supplément à la vie de Barbara Loden (Éd. P.O.L), a été fondamentale ; y compris parce qu’elle a bien failli ne pas avoir lieu et qu’il a fallu de ma part un très long message – quasi lyrique ! – à l’auteur pour qu’elle soit maintenue ! Cette rencontre a localement imposé la librairie comme un lieu d’exigence et de découvertes, et elle a littéralement illuminé la trentaine de personnes présentes, tout le monde était en apesanteur...


• Entretien réalisé par Sylvain Loux

+
Des Livres et des Hommes
4, rue de Lorraine à Beaune
03 80 22 16 29
Facebook : Librairie Des Livres et des Hommes