dossier • Contrat de progrès pour le livre : en Aquitaine et en Limousin

// dossier • Contrat de progrès pour le livre : en Aquitaine et en Limousin

Date : 2014-11-06 08:44:08


En Aquitaine, par Emmanuelle Andrieux, chargée de l’économie du livre, écla Aquitaine


BCL : Quelle démarche vous a permis de passer d’un protocole État-Région au contrat de progrès ?

En Aquitaine, le protocole État-Région existe depuis 2003 pour la librairie et 2007 pour l’édition, avec des aides adaptées à chaque métier. Nous fêtons ses 11 ans cette année. Nous étions donc déjà
avancés dans notre démarche par rapport à d’autres régions.
L’enjeu majeur aujourd’hui est de raisonner et de communiquer en termes de « filière », par la valorisation de l’interdépendance des maillons de la chaîne du livre et la façon dont ils s’articulent entre
eux. C’est cet équilibre qui permet de développer une économie de filière et de défendre la diversité de la création.

BCL : Comment avez-vous délimité les contours du contrat ?

Nous avons débuté fin 2012 une étude sur la situation économique des professionnels du livre en Aquitaine à partir de trois maillons : auteurs, libraires et éditeurs. La volonté d’intégrer les auteurs et la création fut très forte dès le départ et partagée avec nos tutelles DRAC et Région. La restitution a eu lieu en avril dernier, les chiffres-clés sont sur ecla.aquitaine.fr.

BCL : Quels sont les objectifs principaux de ce contrat ?

- La structuration et le développement qualitatif de l’offre éditoriale ;
- les ressources, l’emploi et la formation ;
- la création, valorisation et promotion.

Avec comme fil rouge, l’animation du territoire. Cela signifie pour la librairie, par exemple, élargir la cible des points de vente : un minimum de 25 % de CA réalisé par la vente de livres et 1 500 références en magasin. Ces points de vente du livre contribuent à maintenir une présence de livres neufs dans des endroits souvent isolés et participent de fait à l’animation du territoire.

Il s’agit également de travailler à la complémentarité des dispositifs d’aide existants au niveau national comme local; l’entrée du Centre national du livre pour 3 ans dans notre convention nous incite à nous rapprocher des partenaires nationaux (SGDL, ATLF, La Charte, SLF notamment) pour construire des dispositifs adaptés, raisonnés et cohérents, et inscrire cette politique territoriale dans une dynamique nationale.

BCL : Quand la signature est-elle prévue ?

L’accord-cadre pour un contrat de filière vient d’être voté par la Région. Nous sommes donc en cours de rédaction du contrat avec pour objectif, sa signature d’ici la fin de l’année entre la DRAC, la Région et le CNL. Sa mise en oeuvre par écla pourrait ainsi s’opérer dès 2015.





En Limousin, par Olivier Thuillas, chargé de l’économie du livre, CRL Limousin


BCL : Quel est l’historique du contrat de progrès pour l’économie du livre (CPEL) en Limousin ?

Le CPEL a été signé en 2012, pour trois ans, par la DRAC, la Région Limousin et le Centre régional du livre en Limousin (CRLL) qui en assure l’animation.
Le CPEL faisait suite à deux états des lieux réalisés par le CRL sur l’édition (2007) et sur la librairie (2009) en région. Ces premières analyses du secteur avaient permis de repérer les besoins des professionnels, les actions susceptibles de favoriser leur développement, et d’associer bien en amont les professionnels au projet.
En 2010, le CRLL a ensuite commandé au cabinet Émergences Sud un audit préalable à la mise en œuvre du contrat de progrès, qui a confirmé l’intérêt d’un tel dispositif et précisé les axes futurs. Le temps de maturation a donc été assez long : environ 5 ans entre les premiers états des lieux et la mise en œuvre réelle du CPEL.

BCL : Sur quelles professions est axé le contrat ?

Les axes du CPEL concernent les éditeurs et les libraires, et un troisième axe essentiel pour nous : celui de l’interprofession. La dimension économique des auteurs ou des bibliothèques par exemple, est ainsi pleinement prise en compte, dans une logique d’accompagnement de la filière du livre dans son ensemble.

BCL : Quels sont ses objectifs?

Les objectifs s’articulent autour de trois axes : pérenniser et développer la librairie indépendante, l’édition et l’interprofession en Limousin. Pour les éditeurs et les libraires, on retrouve trois objectifs
similaires : le développement et la professionnalisation des structures, l’accès à de nouveaux marchés régionaux, nationaux et internationaux, et l’adaptation aux mutations technologiques.
Pour l’interprofession, les objectifs sont : l’adaptation aux mutations technologiques et le développement des marchés, en particulier des marchés publics de livres (livres scolaires et marchés des bibliothèques). À noter : la Région, dans le cadre du CPEL, finance uniquement les actions collectives alors que la DRAC peut accorder des aides individuelles.

BCL : Des actions essentielles ?

Probablement celles qui se répètent d’une année sur l’autre et créent des habitudes de travail en commun, comme les formations, la présence régulière sur des salons ou la journée interprofessionnelle qui permet une vaste concertation.

BCL : L’action la plus emblématique du contrat ?

L’opération commerciale « Éditeurs en Limousin, leurs livres près de chez vous » qui rassemble l’offre de 16 éditeurs de la région, sur un présentoir appelé « tourne-livre », présent dans 30 librairies indépendantes du Limousin, est une des actions emblématiques et expérimentales de ce contrat. C’est aussi celle qui relie le plus directement les éditeurs, les libraires et les bibliothèques, partenaires des animations accompagnant le tourne-livre.

BCL : Avez-vous pu estimer les premiers effets du contrat ?
Un bilan et un audit du CPEL vont être menés par un cabinet indépendant à la fin de l’année 2014.